20 Juil

Comme par magie ou comment j’ai laissé libre cours à mes envies créatives

comme_par_magie

Il m’est rarement arrivé de trouver un livre qui me parle comme celui d’Elisabeth Gilbert, Comme par magie. Je suis pourtant une lectrice assidue mais j’apprécie plus particulièrement les romans du XIXème ou les policiers et laisse de côté les œuvres philosophiques ou les ouvrages dédiés au développement personnel. En toute honnêteté, la première fois que j’ai vu ce livre (qui m’a gentiment été offert par ma chère Pauline), je me suis dit: « qu’est-ce que c’est que ce machin ? ». Était-ce à cause de la couverture aux couleurs acidulées, les titre et sous-titre prodigieusement cuculs : « Comme par magie, vivre sa créativité sans la craindre« , ou le quatrième de couverture ? En tout cas, RIEN ne me donnait envie de me lancer dans cette lecture. Et pourtant j’ai fait confiance à mon amie et je l’en remercie sincèrement.

Vous me direz, c’est facile pour moi de lire un livre sur la créativité sachant que mon entourage me définit comme quelqu’un de créatif. Justement, j’étais d’autant plus réfractaire que je pensais que ce manuel ne me serait d’aucune utilité.
Et bien j’avais tort car Elizabeth Gilbert ne réduit pas la créativité ou plutôt « l’existence créative » à l’art de modeler des animaux en pâte fimo ou à la rédaction d’une oeuvre, mais la définit comme le fait de »mener une vie gouvernée plus par la curiosité que par la peur« , et là je peux vous confier que je suis/j’étais très loin d’avoir une vie créative !

Dans son livre, l’auteure nous propose sa vision de la créativité, comment elle la vit, la capture et quels sont les éléments qui gravitent autour d’elle : la peur, la magie, le travail, la confiance, la persistance.

Chacun est libre d’interpréter ses propos comme il l’entend, elle avoue d’ailleurs ne pas avoir écrit son livre pour nous lecteurs, mais pour elle « J’ai écrit ce livre pour mon propre plaisir, parce que j’apprécie réellement de réfléchir sur la question de la créativité« . Je n’ai pas adhéré à tout, certaines métaphores comme la personnification de l’inspiration par exemple ne me parle pas, cependant j’en ai retenu la substance, à savoir que cette dernière arrive et repart d’un claquement de doigt et qu’il faut savoir la saisir et travailler pour faire vivre les idées qui en découlent. Cela peut paraître évident mais combien d’idées ai-je ainsi laissé filer sous divers prétextes (manque de temps, d’énergie, d’originalité, peur du ridicule, de l’échec….).

Une chose est sûre: si je n’essaie pas, je ne pourrai jamais savoir ce que vaut mon idée.

Prenez deux minutes et faites un rapide point. Combien de fois avez-vous réfréné votre envie de vous remettre à la danse ou au sport, de faire du modelage, ou peut-être d’entamer l’album de souvenir de vos enfants (sans parler des projets professionnels qui font peur !) ?

comme_par_magie_pages

Je ne vais pas paraphraser le livre d’Elisabeth Gilbert d’autant que chacun va en retenir ce qu’il voudra pour son épanouissement personnel. Je préfère simplement citer certains passages qui m’ont permis d’aller de l’avant et d’oser entreprendre.

« Des écrivains en herbe me disent souvent: « J’ai une idée, mais j’ai peur que cela ait été déjà fait ». Eh bien, oui, c’est probablement le cas. La plupart des choses ont déjà été faites – mais elles ne l’ont pas encore été faites par vous ».

« Que vous vous considériez comme brillant ou comme un raté, contentez-vous de créer ce que vous avez besoin de créer. (…) Ne cédez jamais à l’illusion de croire que vous avez besoin de la bénédiction de quelqu’un (et encore moins de sa compréhension) pour produire votre oeuvre« .

« Nous passons tous notre vie entre vingt et quarante ans à nous efforcer d’être parfaits, parce que nous nous soucions énormément de ce que les gens pensent de nous. (…) Les gens pensent surtout à eux-mêmes.(…). Si au premier abord vous vous sentez horriblement mal et seul en imaginant que vous n’êtes pas la préoccupation prioritaire de tout un chacun, vous y trouverez aussi un grand soulagement. Vous êtes libre (…). Soyez qui vous voulez, dans ce cas. Faites ce dont vous avez envie. Lancez-vous dans ce qui vous fascine et illumine votre vie« .

Je ne sais pas si j’ai éveillé votre intérêt mais en tout cas à travers cet article j’ai laissé libre cours à ma créativité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *